Laissez les Marchés du Trading vous servir plus efficacement

Causes et Raisons de l'année baissières a venir

Causes et Raisons de l'année baissières a venir

Tendances baissières pour l’année a venir / les mois a venir : les raisons et Causes

Un marché à tendance baissière, représente une phase du mouvement des cours des actifs orientés durablement vers la baisse. En général, un «marche baissier» où Bear market se définit comme une chute d'au moins 20% des actions de l'indice S&P 500. Le problème le plus décrier ici, est le fait que les experts décident de déclarer un marché baisser, l'indice dernier est déjà en chute libre et a déjà perdu 20%.

Pour certains investisseurs, des indices indiquent déjà qu'une tendance baissière pour l’année à venir, en plus les plus grandes banques d'investissement prévoient un déclin à long terme dans tous les segments du marché boursier. Et pour la première fois en 7 ans, les analystes de JPMorgan ont invitent les soumissionnaires à vendre les actions avec ou sans condition de reprises. Tandis que les experts et stratèges de la RBS conseillent à leurs clients de se débarrasser de tous, et de ne garder que les obligations de bonne qualités dont les prévisions indiquent une tendance stable voire positive.

Nous pouvons également constater que cette année, les risque sur les marches continuent à croître à cause de la récession globale. D’après les experts, cela rend de moins en moins bénéfiques les investissements à long terme des entreprises.

Le retour de la dépression

D’après Alan Ruskin stratèges et expert à la Deutsche Bank à New York, d'ici à la fin du trimestre en cours, l'euro tombera à 1,05$, et au cours de l’année à venir, il pourrait tomber en dessous de la parité avec le dollar.

Son point de vue est conforté par la publication des tendances sur les prix à la consommation dans la zone Euro. Et Bloomberg fait savoir que cela peut pousser la Banque centrale européenne (BCE) pour un nouvel assouplissement de la politique monétaire.

L'indice des prix à la consommation (IPC) dans la zone euro en février a chuté de 0,2%, après une augmentation de 0.4% le mois précédent, alors que les économistes avaient prévu un changement nul. Ainsi, la déflation est revenu à la zone euro pour la première fois depuis septembre l'année dernière, lorsque l'indice des prix à la consommation a diminué de 0,1%, son intensité était à son point le plus depuis février à 2015.

Mislav Matejka fait également part de ses craintes en ce qui concerne la présentation des résultats d'entreprises au quatrième trimestre, et doute que ces derniers puissent permettre de redonner la confiance au marché boursier.

D'autre part, Le ralentissement du secteur manufacturier américain, pour la première fois depuis 2008 a plombé les marges bénéficiaires, pourtant elles ont calculé et placé dans le rouge au quatrième trimestre par la banque d'investissement, et L'indice ISM de décembre dans le secteur industriel du pays, qui a été publié la semaine dernière, est tombé à 48,2% contre 48,6% en novembre. Et cela représente le niveau le plus bas depuis la grande dépression.

Les leçons de 2008

Le gouverneur de la Banque de France et membre du directoire de la BCE François Villeroy de Galhau a déclaré dans une interview avec le journal allemand Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung le week-end dernier où, la déflation est la principale menace pour l'économie de la zone euro au cours d'une année baissière, il a ensuite ajouté que 2008 devrait nous servir comme leçon. À la fin de son propos, il a soulevé les attentes du programme de relance de banque centrale européenne lors de la réunion de mars.

Par Chief Financing 25.07.2016

Articles et rapports d'experts