Laissez les Marchés du Trading vous servir plus efficacement

Prévisions Matières premières 2016: Le pétrole Brut

Prévisions Matières premières 2016: Le pétrole Brut

Avis sur les matières premières: prévision pour l’année 2016 : Le pétrole Brut / Non sulfuré

Les événements récents sur le marché du pétrole sont choquants pour de nombreux investisseurs. Le prix du pétrole est tombé à son niveau le plus bas depuis 12 ans et continue sa tendance à la baisse. Cette situation préoccupe les représentants du monde, vu qu'un baril a moins de 25$ n'est pas profitable pour la majorité des producteurs.

Prévisions - Brut

Cet état des lieux a amené par exemple, le patron de la british Petroleum Bob Dudley à prédire que le prix du pétrole augmentera pendant la seconde moitié de l'année. Cette estimation s'appuie sur l'augmentation de la demande des États-Unis et la Chine. Malgré une année plein de rebondissement et surtout de volatilité sur les cours des produits, il assure que le prix du pétrole de franchira la barre de 10$, comme le prédisent certains analystes. D’après lui, les prix pourront s’élever jusqu’à 30$-40$ voire 50$ au deuxième trimestre de l’année. Mais son avis est en contradiction avec l'évaluation de l'Agence internationale de l'énergie. Vu que la demande de l'Amérique du Nord, la Chine et l'Inde s'accroît, et cela reviendra équilibrer l'offre et la demande sans toutefois entraîner une forte hausse des prix.

Concernant L’Iran, Mr Dudley a indiqué que la BP sera prudente dans les interactions avec le pays, en raison de l'instabilité de la situation au Moyen-Orient. Cela signifie que la mise a l’écart d'un des acteurs majeurs du secteur pétrolier continu, et quand l'Iran entrera à nouveau dans la scène, les prix pourront encore aller plus bas en raison de l'offre excédentaire.

De son cote, l'Arabie Saoudite a annoncé qu'une chute importante des prix du pétrole ne se produira pas, mais si on prend en compte la chute annuelle de plus de 70%, on réalise aisément que cette chute s'est déjà produite. Néanmoins, le ministre saoudien des affaires étrangères a été interrogé sur les allégations que le Royaume cherche à causer des dommages à l'Iran avec des prix du pétrole bon marché.

Des sources bien introduites font savoir que, l'Iran a décidé d'augmenter sa production journalière de pétrole d'environ 500 000 barils par jour, et nourrit l'ambition d'atteindre plus d'1 million de barils d'ici un an.

Mais l'Arabie saoudite, qui est aux prises avec ses propres problèmes financiers (en raison des bas prix du pétrole) ne fera pas de faveurs à l’Iran.

Il se dit aussi que dans le moyen-orient, les théories du complot sont pour la plupart basées le comportement des grandes puissances. À l'Ouest, les théories du complot dénoncent le comportement des puissances pétrolières du Moyen-Orient, et cela ne contribue guère à l'augmentation du prix du pétrole.

La question du pétrole est tellement importante que les chefs d'entreprise du monde seront réunis lors du Forum économique mondial et vont adresser des messages contradictoires aux pays producteurs de pétrole et à l'OPEP. Et cela est dû au fait que le groupe des 13 plus grands producteurs fait face à l'une des pires crises de son histoire depuis 55 ans.

Les hauts responsables pétroliers du Nigeria ont souhaité avoir une réunion d'urgence avec les responsables des Émirats arabes unis pour discuter d'une éventuelle réduction de la production pétrolière. Mais cette suggestion a été rejeté par le ministre du pétrole des Émirats Arabes Unis.

La réunion d'urgence proposée par le Nigeria et d'autres aurai été salutaire car, L'OPEP semble aujourd'hui diviser en deux camps principaux. Avec d'une part, neuf membres qui veulent abandonner la guerre des prix induite par l'Arabie avec les producteurs non membres de l'OPEP, et d'autre part l'Arabie saoudite, Koweït, Qatar et Émirats Arabes Unis qui détiennent la quasi-totalité des capacités de production de l'OPEP et veulent continuer le combat.

Par Chief Financing 25.07.2016

Articles et rapports d'experts